Une étude trouve plusieurs types de schizophrénie sur la base des caractéristiques anatomiques

La schizophrénie mentale peut être identifiée par des symptômes tels que des idées délirantes, de la confusion, des hallucinations, des changements de comportement et des troubles d'apprentissage. Cependant, tous les patients ne présentent pas ces symptômes, à cause de quoi une étude récente, publiée dans Schizophrenia Bulletin en février 2018, a suggéré la présence de différents types de schizophrénie.

Une étude trouve plusieurs types de schizophrénie sur la base des caractéristiques anatomiques

Les chercheurs ont trouvé des preuves qu'il pourrait y avoir différents types de schizophrénie, contrairement à la notion préexistante que tous les patients partagent des symptômes similaires. En étudiant et en comparant les scintigraphies cérébrales de 71 personnes aux prises avec le trouble avec les scintigraphies cérébrales saines de 74 individus, les chercheurs ont trouvé des structures anatomiques qui pourraient être liées à au moins deux sous-types de la maladie.

En comparant les scans, l'équipe a découvert des différences dans le cerveau de ceux qui avaient le trouble et ceux qui ne l'ont pas. Une autre révélation étonnante était que même les cerveaux avec le désordre présentaient plus de disparité. Les patients qui ont souffert du trouble pendant une période plus longue étaient enclins au retrait social comparés à ceux qui l'ont eu pendant une période plus courte. Ce dernier a connu plus d'hallucinations et avait un plus petit volume dans la région frontale du cerveau.

La schizophrénie peut être traitée par des médicaments et une thérapie et les meilleurs résultats sont obtenus lorsque le traitement est adapté aux besoins individuels. Si les IRM peuvent aider à identifier différents types de schizophrénie, les médecins peuvent personnaliser les exigences thérapeutiques en conséquence. Le groupe de chercheurs analyse maintenant 3000 scanners cérébraux de plus afin d'identifier plus de structures anatomiques et, par conséquent, plus de sous-types de la maladie qui pourraient être critiques dans la gestion des troubles.

Stratégies d'entraide pour faire face à la schizophrénie

La cause de la schizophrénie est inconnue et les scientifiques croient que les gènes et les influences environnementales sont responsables dans une certaine mesure. Bien que la maladie ne puisse pas être guérie complètement, certaines stratégies d'autosoins peuvent aider à mieux gérer la maladie et améliorer la qualité de vie globale. Certains d'entre eux sont donnés ci-dessous.
  1. Arrêtez de boire de l'alcool, de consommer de la drogue et de fumer: Les personnes qui boivent, prennent des drogues ou fument sont plus susceptibles d'éprouver des symptômes graves du trouble, car l'utilisation à long terme de ces substances cause des dommages irréversibles au cerveau.
  2. Maintenir un poids santé: Les antipsychotiques prescrits pour la gestion de la schizophrénie ralentissent souvent le métabolisme. Par conséquent, on devrait s'engager à manger sainement et à consacrer du temps à une certaine forme d'activité physique au quotidien.
  3. Obtenez un sommeil de qualité: Les personnes aux prises avec la schizophrénie souffrent soit de peu ou de trop de sommeil. Il est important d'avoir un sommeil ininterrompu d'au moins huit heures chaque jour pour détendre les muscles et les nerfs. En l'absence de sommeil suffisant, le cerveau reste sous-alimenté et le corps se sent tout le temps léthargique. Une personne peut dormir paisiblement en évitant la caféine et les téléphones portables à l'heure du coucher, en maintenant un cycle de sommeil régulier et en suivant une routine.
  4. Rester connecté: Il est important d'avoir des influences positives dans la vie et pour cela, il faut rester en contact avec ses proches et ses amis. Il est également essentiel de rester en contact avec des groupes de soutien et des spécialistes du traitement qui facilitent le rétablissement, assistent aux réunions et tirent profit des services de suivi.
  5. Identifier les signes de rechute: La rechute peut être évitée en restant conforme au traitement. Développer une compréhension des déclencheurs et apprendre les mécanismes d'adaptation peut aider dans une large mesure.

Si les stratégies d'entraide n'aident pas, il faut chercher un soutien professionnel au plus tôt. Ignorer les symptômes pendant longtemps ou retarder le traitement peut aggraver la situation.